Tiers payant généralisé ou carte santé à débit différé


Quelle est la solution optimale pour lever le frein financier aux soins ?

L'observatoire du tiers payant conteste formellement que l'avance des frais soit la cause du renoncement aux soins.

En effet, comme le montre l'étude de la Drees c'est plutôt la mauvaise couverture sociale qui explique les cas de renoncement aux soins, quand ce ne sont pas des raisons socioculturelles... Le renoncement aux soins tel que formulé par la ministre de la Santé qui s'appuie sur une étude de la DREES serait la seule raison qui guiderait notre ministre dans sa volonté de généraliser le tiers payant... 

Et si l'avance des frais était la cause, d'un moins bon accès au soin... La généralisation du tiers payant serait-elle la meilleure solution?

 

Qu’est-ce que la carte santé à débit différé ?

Il s’agit d’une carte de paiement qui permet le règlement immédiat du professionnel et le débit différé du compte du patient.

Grâce à cette carte de paiement, le compte du patient n'est débité qu'après le remboursement de sa caisse d'assurance maladie et de sa complémentaire santé. Le professionnel de santé est quant à lui réglé immédiatement comme toute carte bleue. Cette proposition de carte santé à débit différée est mise en avant depuis bien longtemps par les syndicats, par exemple la CSMF dans son article du 20 novembre 2013 dans le quotidien du médecin.

Alternative au tiers payant, la carte santé à débit différé évitera les travers déjà démontrés du tiers payant comme son caractère aléatoire en matière de paiement !

 Infographie comparant l'effet du tiers payant à la carte santé à débit différé

Combien coûte la carte santé à débit différé ?

Gratuite pour le patient, elle ne coûte pas plus cher que l’acceptation de la carte bleue au praticien !

Actuellement le Crédit Mutuel, l’a déjà mise en place. Ce moyen de paiement à la même efficacité que n’importe quelle carte bleue…
Pour rappel, le coût du tiers payant par sa généralisation coûtera la perte de la recette liée à l’abandon des franchises, soit plus de 800 millions d’euros à la sécurité sociale… Mais aussi, selon l’étude Référis 28.5% du prix de l’acte en coût administratif aux médecins soit 22 773€ annuel pour un médecin généraliste (CA source UNASA 2013).
La carte santé à débit différé ne coûterait qu’au médecin généraliste le prix de son utilisation de lecteur de carte bleu soit environ 500€ par an variant selon le type de contrat avec sa banque… En effet ni le patient ni la sécurité sociale n’en supporteraient de coût !

Et puisque madame la ministre se sent prête à dépenser en vain 800 millions sur le budget de la sécurité sociale, gageons qu’elle pourra payer au médecin un forfait de 500€ annuel en échange de l’acceptation de la carte bleue !
 

Comparons les effets de trésorerie que produit la carte santé à débit différé par rapport au tiers payant.

La carte santé à débit différé est une meilleure solution financière pour le patient que le tiers payant… Et infiniment plus simple pour le médecin.

Pour le patient précaire, se soigner devient une source de confort de trésorerie puisqu’il profite d’un excédent de trésoreries entre le remboursement de la sécurité sociale et de la mutuelle et le moment du prélèvement différé. Soit si la sécurité sociale respectait les textes conventionnels, de 25 jours en cas de feuilles de soins électroniques et de 10 jours en cas de feuilles de soins papiers. Avec la carte santé à débit différé, le patient aura un bénéfice financier à se soigner !
Pour le médecin, la garantie de paiement par le tiers qu’est la banque est totale. Aussi simple qu’un paiement en chèque ou en espèce… Il n’y a aucun trou de trésorerie, et le phénomène de thésaurisation des chèques et espèce avant dépôt disparaît. Le rapprochement bancaire est automatique et vérifiable…

En matière de carte santé à débit différé, le médecin et le patient bénéficient d’un effet positif de trésorerie…
 

Sécurité sociale, mutuelle et ministre ont-ils des arrière-pensées ?

La solution plus simple, moins chère et plus efficace est écartée… Incompétence ou de dogmatisme ?

Un enjeu de 23 milliards d’euros, qui devrait aiguiser l’intérêt des banques, tout en permettant de garder l’indépendance financière des médecins vis-à-vis des caisses… De quoi bouleverser les envies d’étatisation de la médecine…

En perdant le contrôle des paiements, l’étatisation de la médecine serait stoppée net.

Médecins recevez l'information de l'OTP :

* indicates required

Commentaires

Gravatar
Bochu Frederic

11 / 12 / 2014

Ce n'est donc pas l'accès aux soins qui leur importe mais la mise sous le joug de la médecine liberale ( le mot seul les effraie)

Gravatar
Arty Hue

12 / 12 / 2014

comment fonctionnera cette carte, comme carte bleue ou avec boitier similaire carte bleu pour le praticien?

merci pour la réponse

cordialement

Gravatar

12 / 12 / 2014

@ arty d'un point de vue du praticien, si vous êtes déjà équipé pour la lecture des carte bleue, rien besoin de plus... çà marche comme çà! Sinon il faudra s'équiper d'un lecteur de carte bleu qui lira aussi les cartes santé à débit différé.
@Frederic nos pensées convergent!

Gravatar
Le Garrois

12 / 12 / 2014

Est ce que cela marche avec les cartes prise chez les buralistes(sans compte bancaire) !

Gravatar

13 / 12 / 2014

@Le Garrois : a ce jour il n'existe pas de cartes à débit différé chez les buralistes, mais techniquement cela serait faisable sous réserve d'une volonté forte de l'état...

Gravatar
Bedel

13 / 12 / 2014

Cela fonctionne déjà très bien. Règlement en carte bleu comme une carte bancaire . Le compte du médecin est crédité des le lendemain, le compte du patient n est débité qu après remboursement.

Poster des commentaires après trois mois a été désactivé.